Une pendule en bronze ciselé et doré symbolisant « la guerre et la paix »

Une pendule en bronze ciselé et doré symbolisant « la guerre et la paix »
le cadran et le mouvement signés Louis Montjoye à Paris, modèle du bronzier François Vion,
début de l’époque Louis XVI vers 1770 -1775

Hauteur : 27,3 cm                           Largeur : 21,5  cm                            Profondeur : 10,5  cm

 

Cadran en émail portant la signature, avec les chiffres Romains pour les heures et Arabes pour les minutes, aiguilles en laiton, découpées, gravées et dorées. Mouvement rond portant gravé la signature, échappement à ancre à recul, suspension à fil du balancier, sonnerie au passage des heures et des demies avec roue de compte sur la platine arrière.

A l’amortissement deux colombes de la paix sont posées sur des nuages. Ils s’ajustent sur  le haut d’une borne présentant en applique deux guirlandes de laurier. Le mouvement s’inscrit au centre de la composition. Debout à droite, l’amour, tient d’une main son arc et de l’autre il pointe d’un œil sa flèche. Assis à gauche sur des rochers, Mars, porte sur sa tête un casque orné d’un home, de sa main gauche, il est appuyé sur une lance, de sa main droite, il tient son bouclier. Le socle rectangulaire est orné au centre en applique, d’un carquois, d’une torche flammée, noués par un ruban se terminant par un cœur. Il pose à toutes faces par quatre pieds de félin à sabots, reliés entre eux par une dépouille maintenue au centre par un croissant.

 

Bibliographie comparative :

Ce modèle est attribué au bronzier, François Vion, d’après le dessin N° 18, projet pour une « pièce de bureau » actuellement conservé à Paris à la bibliothèque Doucet. Il est dècrit et reproduit dans l’ouvrage Vergoldete Bronzen, parHans Ottomeyer et Peter Pröschel, Munich, 1988, Volume I, page 180, N° 3.7.8.